Rechercher
  • Equine Naturelle

Feuilles d'automne sur les pâturages - sans danger pour les chevaux ?

question :

"En ce moment, beaucoup de feuilles tombent des arbres sur les pâturages Jusqu'à présent, je les ai toujours enlevées une fois par semaine, mais maintenant on m'a dit que les feuilles sont malsaines pour les chevaux et que je dois les enlever tous les jours.

Est-ce vrai ?

"Chaque automne, lorsque les feuilles changent de couleur et tombent des arbres, beaucoup d'entre elles se retrouvent également sur les pâturages et les paddocks. Ce qui est une excellente source d'ombre pour les chevaux en été devient une source de nourriture en automne, car la plupart des chevaux ramassent avec enthousiasme les feuilles des arbres pour se nourrir. Le feuillage fait partie du régime alimentaire normal des chevaux, s'ils peuvent s'en procurer. Il fournit des fibres précieuses pour le gros intestin et une teneur élevée en minéraux, avec peu de sucre, de graisse et de protéines. Il s'agit donc d'un complément précieux, notamment pour les chevaux qui ont tendance à être en surpoids.Le fait de "renifler" le sol et de chercher de la nourriture correspond également au comportement naturel des chevaux. Les chevaux sont ce qu'on appelle des "chatouilleurs", ils avancent constamment dans la nature et reniflent les plantes pour choisir celle qu'ils vont mordre ensuite.

Le "ramassage des feuilles" en automne est donc très proche du comportement alimentaire naturel et semble non seulement avoir bon goût pour les chevaux, mais aussi être amusant. Parfois, ils laissent le foin pour aller manger les feuilles.

En ce qui concerne les arbres et les buissons à feuilles caduques, il existe toutefois des distinctions quant à leur caractère sain pour les chevaux. Il existe clairement des plantes dont le feuillage et/ou les fruits sont inoffensifs ou même sains pour les chevaux, comme le peuplier ou l'aulne. Leur feuillage peut être laissé sans hésitation sur le parcours ou dans les pâturages, il est généralement entièrement consommé et les chevaux le prennent volontiers comme complément alimentaire.Les arbres et les buissons aux effets thérapeutiques plus puissants, comme l'aubépine ou le saule, peuvent également rester accessibles aux chevaux, soit à travers la clôture, soit si le feuillage tombe sur leur parcours. Habituellement, les feuilles de ces arbres ou arbustes ne sont pas consommées en excès et plantées le long de la clôture, les arbustes et arbres "comestibles" offrent non seulement une bonne protection contre le vent et le soleil, mais ils fournissent également d'occupation aux chevaux, qui aiment grignoter les pousses qui dépassent de la clôture. En outre, ces haies naturelles constituent également un habitat important pour les insectes, les oiseaux et autres petits animaux.


En revanche, les arbres et les buissons à feuilles caduques sont plus ou moins bons pour les chevaux. Il existe évidemment des plantes dont le feuillage et/ou les fruits sont inoffensifs ou même sains pour les chevaux, comme le peuplier ou l'aulne. Leur feuillage peut être laissé sur le paddock ou dans le pâturage sans hésitation, il est généralement mangé entièrement et est pris par les chevaux comme complément à leur alimentation.


Il existe ensuite des arbres dont le feuillage et/ou les fruits peuvent certainement avoir un effet positif sur le métabolisme en petites quantités, mais qui deviennent toxiques en plus grandes quantités. Il s'agit par exemple du noyer ou du chêne.

Si une quantité suffisante de foin est disponible en permanence pour les chevaux et que les chevaux disposent de suffisamment de places d'alimentation dans les écuries pour que tous les chevaux aient un accès constant au foin selon leurs besoins, le feuillage et les fruits de ces arbres ne sont généralement ingérés par les chevaux qu'en petites quantités.

Toutefois, si des chevaux présentant des problèmes métaboliques tels que des diarrhées ou des gaz intestinaux se trouvent dans l'écurie, ils risquent de manger des quantités excessives de ces arbres, ce qui peut alors entraîner de nouveaux problèmes de santé tels que des coliques et des fourbures.

Dans ces cas, il faut donc bien connaître son


troupeau et observer les chevaux sur une plus longue période. Si vous n'êtes pas sûr que les chevaux mangent de plus grandes quantités (par exemple, si le râtelier à foin a été vidé pendant la nuit et que les chevaux ont faim et mangent de plus grandes quantités de parties de plantes moins toxiques) ou si vous avez des changements fréquents dans le groupe et que vous ne connaissez pas très bien chaque cheval, vous devez clôturer ces arbres aux moments appropriés pour être sûr et enlever les feuilles et les fruits tombés chaque jour lorsque vous nettoyez le sol.


!!Et il y a des arbres et des buissons qui n'ont pas du tout leur place dans la zone des parcours ou des pâturages car ils sont toxiques pour les chevaux. Il s'agit, par exemple, du robinier ou de l'if. Dans la mesure du possible, ces arbres ne devraient pas pousser du tout dans la ferme (car un cheval qui s'échappe d'un box ou d'un paddock pendant la nuit peut également être empoisonné par ces arbres) et certainement pas à proximité des boxes, des paddocks ou des pâturages, où les chevaux peuvent également les grignoter par-dessus la clôture.



La question de savoir s'il faut enlever chaque jour les feuilles qui tombent sur le parcours ou si l'on peut les laisser traîner en toute bonne conscience dépend toujours des arbres et des buissons qui se trouvent le long du parcours et des pâturages et du comportement alimentaire des chevaux. De plus en plus d'écuries plantent spécifiquement des buissons et des arbres le long ou sur les parcours et les pâturages, pour faire de l'ombre, se protéger du vent et bien sûr aussi pour des aspects écologiques, les haies en particulier constituant un habitat important.

Avec le bon choix de plantes et en même temps une alimentation ad libitum en foin, vous pouvez alors laisser traîner les feuilles sans hésiter pour que les chevaux puissent les manger. Cependant, si vous avez des arbres ou des buissons qui sont critiques - soit parce qu'ils sont complètement toxiques, comme le thuya, soit parce qu'ils produisent des parties de plantes toxiques à certains moments, comme les graines d'érable, les semis ou les beechnuts - vous devez les clôturer afin que les chevaux ne puissent pas les atteindre. En automne et en hiver, lorsque les arbres sont abattus et les buissons taillés, on peut proposer des branches et des tiges d'arbres et de buissons non toxiques à grignoter. Lorsqu'elles sont plantées comme une haie de bois mort, ces branches et ces tiges constituent également une jolie séparation de pièces dans le jardin et offrent un autre habitat aux insectes et aux petits animaux.


merci de l'avoir lu jusqu'au bout

Sanoanimal, dr. Christina Fritz, Equine Naturelle


11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout