Rechercher
  • Equine Naturelle

levure de bière

Chers clients,



Pourquoi Okapi n'utilise pas de levure de bière dans ses produits et donc pourquoi nous (Equine Naturelle) ne vendons pas de levure de bière.


La levure de bière est produite dans le processus de fabrication de la bière dans l'industrie de la brasserie, car elle donne à la bière ce qui la rend attirante pour la plupart des gens :

elle transforme le sucre en alcool.

Tout comme les drêches de bière, la levure est un déchet qui subsiste à la fin du processus. La levure de bière est donc produite en grandes quantités chaque année et peut donc être achetée à bas prix par les fabricants d'aliments pour animaux, puis vendue à un prix élevé dans un emballage élégant.


Avant d'être utilisée comme aliment pour animaux, la levure de bière est séchée (ce qui l'inactive, mais ne la tue pas nécessairement) et vendue telle quelle.


Selon le procédé de séchage, la levure de bière peut passer à des "stades de survie" et résister ainsi pendant des années à des conditions défavorables telles que la sécheresse. Au moment où les cellules de la levure de bière retrouvent des conditions de vie positives (chaleur, humidité, nutriments), elles se "réveillent" à nouveau et reprennent leur métabolisme.


Le gros intestin du cheval est en fin de compte un grand organe de fermentation qui offre des conditions optimales aux micro-organismes : Chaleur, humidité, nutriments.

Les levures de bière y trouvent les meilleures conditions et peuvent, entre autres, utiliser les éléments constitutifs des hydrates de carbone qui se forment au cours du processus de digestion ou l'amidon apporté par l'intestin grêle, ce qui peut produire entre autres de l'alcool comme sous-produit.


Un cheval légèrement alcoolisé peut certes paraître plus détendu au premier abord (ce qui peut éventuellement se traduire par une amélioration de la défécation due au stress), mais ce n'est pas souhaitable à long terme, d'autant plus que l'alcool surmène le foie.


En outre, des études ont montré que l'alimentation à base de levure de bière n'améliore pas la digestion des fibres(1), comme on le prétend souvent, et qu'elle ne fait pas partie du microbiome naturel (sauvage) des chevaux dans le gros intestin(2). Étant donné que notre concept accorde une importance particulière à un microbiome sain du gros intestin, la levure de bière échoue donc complètement en termes de "promotion de la digestion" ou de "probiotique".


L'utilisation de la levure de bière dans l'engraissement des porcs et des bovins en tant qu'"accélérateur d'engraissement" - c'est-à-dire pour une prise de poids plus rapide en vue d'atteindre le poids d'abattage - devrait en outre donner à réfléchir quant à savoir s'il s'agit d'un aliment aussi idéal pour nos chevaux, qui souffrent déjà assez souvent de surpoids et de ses conséquences sur la santé.


Ces dernières années, la levure de bière a connu un véritable engouement dans l'alimentation des chevaux en tant qu'aliment soi-disant miracle.

Malheureusement, les promesses marketing ne tiennent pas compte de la réalité scientifique.


C'est pourquoi nous renonçons systématiquement à l'utilisation de levure de bière


Dr. Christina Fritz, Okapi


(1) DOI: 10.1016/j.livsci.2015.11.023

(2) DOI: 10.1055/a-0824-5210






Brewer's Yeast.


Why Okapi does not use brewer's yeast in its products and why we (Equine Naturelle) do not sell brewer's yeast.


Brewer's yeast is produced in the beer making process in the brewing industry, because it gives beer what makes it attractive to most people:

it converts sugar into alcohol.

Like spent grains, yeast is a waste product that remains at the end of the process. Brewer's yeast is therefore produced in large quantities each year and can therefore be bought cheaply by feed manufacturers and then sold at a high price in elegant packaging.


Before being used as animal feed, brewer's yeast is dried (which inactivates it, but does not necessarily kill it) and sold as is.


Depending on the drying process, brewer's yeast can go through "survival stages" and thus withstand adverse conditions such as drought for years. When the brewer's yeast cells return to positive living conditions (warmth, moisture, nutrients), they "wake up" again and resume their metabolism.


The horse's large intestine is ultimately a large fermentation organ that offers optimal conditions for micro-organisms: heat, moisture, nutrients.

Brewer's yeast find the best conditions here and can, among other things, use the components of the carbohydrates that are formed during the digestion process or the starch that is brought in from the small intestine, which can produce alcohol as a by-product.


Although a slightly alcoholic horse may appear to be more relaxed at first sight (which may result in improved defecation due to stress), this is not desirable in the long term, especially as alcohol overtaxes the liver.


Furthermore, studies have shown that brewer's yeast feed does not improve fibre digestion(1), as is often claimed, and that it is not part of the natural (wild) microbiome of horses in the large intestine(2). Since our concept places particular emphasis on a healthy large intestine microbiome, brewer's yeast therefore fails completely in terms of "digestion promotion" or "probiotic".


The use of brewer's yeast in the fattening of pigs and cattle as a "fattening accelerator" - i.e. for faster weight gain in order to reach slaughter weight - should also give pause for thought as to whether it is such an ideal food for our horses, which already suffer quite often from overweight and its health consequences.


In recent years, brewer's yeast has become very popular in horse feed as a so-called miracle food.

Unfortunately, the marketing promises do not take into account the scientific reality.


That is why we do not use brewer's yeast at all.


Dr. Christina Fritz, Okapi


(1) DOI: 10.1016/j.livsci.2015.11.023

(2) DOI: 10.1055/a-0824-5210



9 vues0 commentaire